Chapelle de l’Agneau-de-Dieu

2 place Henri-Frenay, Paris 12e
M° Gare-de-Lyon

Visites ACF/Paris : 01 53 17 19 00

saqv.fr

Détail de la façade de la chapelle : le groupe en bronze de Roseline Granet.

Le chœur aménagé par Christophe Pillet.
La croix de gloire de Christophe Pillet.
Le bénitier en pierre de l’époque romane.
Les vitraux de Jean-Louis Cousiño.

Détail de l’une des baies de Jano Xhenseval évoquant le thème de l’eau.
Chapelle de l’Agneau-de-Dieu
Située face à la sortie du Hall 3 de la gare de Lyon, la chapelle de l’Agneau-de-Dieu occupe une partie du rez-de-chaussée d’un immeuble en demi-lune, place Henri-Frenay. L’ensemble a été construit par Stanislas Fiszer1. Il remplace l’insalubre îlot Chalon — né en même temps que la gare en 1847 et réhabilité par la Ville de Paris à partir de 1984 — où vivaient des migrants italiens, chinois, maghrébins puis africains.
En 1997, le diocèse confie l’aménagement de la chapelle à Fiszer. L’autel est consacré le 25 mars 1999. La chapelle est rattachée à la paroisse Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts.
A l’extérieur, elle se signale par un groupe en bronze Roseline Granet2. Placé dans le pan coupé, creusé dans l’angle de l’immeuble, il se compose d’un agneau, surplombé par Jean le Baptiste tenant une croix et désignant de son bras droit le Christ reconnaissable à son nimbe cruciforme d’où partent des rayons de lumière. Ce geste illustre les mots inscrits sur le linteau de la porte, ceux prononcés par Jean le Baptiste et rapportés par Jean l’Evangéliste : Voici l’Agneau de Dieu (Jn 1, 29).
A l’intérieur, dans l’entrée réaménagée en 2014 : à gauche, une grande croix de gloire en acier brossé du designer Christophe Pillet3 ; à droite, le buste en bois d’une Vierge à l’Enfant d’époque gothique présentée entre deux vitraux en relief de Jean-François Ferraton4.
A l’entrée de la chapelle, un bénitier en pierre d’époque romane, orné d’une tête humaine, contient l’eau bénite, rappel du baptême.
Dans le chœur, l’autel, le tabernacle, l’ambon et le banc du célébrant ont été conçus par Christophe Pillet en pietra serena5 gris bleuté. Le cube évidé de l’autel (actuellement fermé par un antependium6) attire le regard. Le crucifix remplace la croix de gloire maintenant placée dans l’entrée.
Sur la gauche, les vitraux des baies étroites — réalisés en 2006 par Mireille Juteau7 sur des cartons de Jano Xhenseval8 — évoquent l’eau  présente dans la liturgie du baptême.
Sur la droite, des vitraux géométriques et colorés de Jean-Louis Cousiño9 suggèrent une image du visage du Christ.
Les statues en bois de châtaignier représentant la Vierge à l’Enfant, Jésus sur la croix, l’archange Gabriel, saint Joseph, saint Jean le Baptiste, proviennent des ateliers du monastère des sœurs de Bethléem à Caux dans l’Hérault.
Le petit orgue, construit par Paul Simond-Côte10, permet l’accompagnement des célébrations. La bonne acoustique, due au bois alvéolé qui revêt les murs et aux larges plis du plafond en béton lissé, est appréciée des chorales et des instrumentistes qui s’y produisent.
Proche de la gare, cette chapelle, lieu de la présence du Christ, a été créée pour les voyageurs en transit, les habitants et les travailleurs du quartier, conformément au désir du Cardinal Lustiger11 d’offrir dans Paris de nouveaux lieux de rencontre et de prière.

talya

Yahwe
Agneau de Dieu

En araméen, la langue parlée par Jésus, agneau se dit  [talya], mot désignant le jeune garçon, mais aussi le serviteur. Par ce terme, Jean le Baptiste fait référence à Isaïe (Is 53,7) qui annonce la mission de Jésus, le serviteur souffrant de [Yahwe].

Notes :
1—Né à Varsovie en 1935, cet architecte et urbaniste est l’auteur de l’église Ste-Marie-des-Peuples à Cergy-le-Haut (Val-d’Oise).
2—Sculptrice née en 1936, installée à Meudon, près de l’atelier de Rodin.
3—Designer et architecte d’intérieur, élu créateur de l’année 1994.
4—Créateur d’art sacré né en 1949, auteur du baptistère de Notre-Dame-Arche-d’Alliance (1998, Paris 15e), de verrières à l’abbaye de Sylvanès (2018, Aveyron).
5—Grès provenant de carrières proches de Florence.
6—Décor, parfois mobile, sur la face antérieure d’un autel.
7—1931-2017.
8—Peintre née à Liège en 1935.
9—1923-2017. Auteur du décor d’un mur pignon rue de l’Amiral-Roussin (Paris 15e).
10—1925-2007. Ingénieur, auteur et propriétaire de cet orgue, offert à la chapelle par ses proches après son décès.
11—1926-2007. Archevêque de Paris (1981-2005), créé cardinal par saint Jean-Paul II en 1983. Il est à l’origine des six dernières églises construites à Paris entre 1997 et 2005.

* * *

©ACF/Paris, 2014. Photos M. Beaudoin.